Se dressait fière dans l’azur, comme un nuage immobile, une gigantesque chrysalide de béton blanc immaculé. Yeux levés, je ne me lassais pas de la regarder. Quelles gigantesques mains avaient bien pu œuvrer pour bâtir pareil ouvrage me demandais-je. Un jour, moi aussi, je bâtirai la ville. C’était rue de Fontenelle, à Déville-les-Rouen, devant le Val de gare. N°5. Immeuble Marainne. Je devais avoir dix ans à peine. En grandissant, ce rêve ne m'a jamais quitté.

   Parfois adulte, s’élèvent d’invisibles barrières qui vous renvoient au possible. Comment faire dès lors qu'on ne possède aucune fortune ? Eh bien, comme me le disait ma chère mère : "Quand on n'a rien, on fait avec ce que l'on a..." On regarde alentour, on s’interroge, on hésite, on doute, on tâtonne, on va chercher au fond de soi de quoi faire tomber des légions de barrières et une à une, on les fait tomber !

   C’est donc riche de mon inaltérable volonté, d'une forte dose de passion, de curiosité que je suis parti en quête de ce rêve d'enfant. Cela fait plus de 15 ans maintenant. Tout ce chemin, nous l’avons parcouru ensemble. Vous lui avez donné tout son sens, parfois sans en avoir conscience. Aussi, chaque jour qui passe, je remercie cet azur inspirant de vous avoir placé sur mes pas car ce que j'ai découvert grâce à vous, c'est que ces gigantesques Chrysalides de béton qui se reflétaient dans mes yeux d'enfants cachaient en réalité des Hommes bien plus grands encore. Alors, merci mille fois, mes chers clients, mes partenaires dévoués, de me renouveler chaque jour votre confiance et à très vite. Je suis très enthousiaste à l'idée de partir pour de nouvelles aventures, avec vous, bien sûr !

F. Le Tertre

"

AU COMMENCEMENT